La Gratitude, les gratitudes

La gratitude est à la mode : si je tape dans le moteur de recherche le plus utilisé je trouve… 162 000 000 résultats ! Prise de conscience sincère ou phénomène d’actualité? Sans doute les deux à la fois. Quoi qu’il en soit le concept nous intéresse, vient nous chercher dans notre désir profond de connexion aux autres, dans le monde du chacun pour soi. Alors LA gratitude ou LES gratitudes? L’écrivaine Delphine de Vigan, elle, choisit le pluriel. C’est de son roman Les Gratitudes que j’ai envie de vous parler aujourd’hui.

Qu’appelle-t-on gratitude?

Le premier symbole qui me vient, sans trop d’originalité, c’est la rose. Rose rouge symbole d’amour, virginale et sauvage, roses trémières ornant une demeure campagnarde, en bouquets ou en brassées… La rose parle à tous nos sens, comble notre aspiration à la beauté…Tu vas en trouver partout dans cet article ! Offrons-en pour exprimer notre gratitude !

Mais qu’appelle-t’on Gratitude? Est-elle ce “merci” que l’on adresse sans même la regarder à la personne qui nous tient la porte de l’ascenseur? Avouons-le, dire “merci” est souvent réduit à accuser machinalement réception d’une attention qu’on nous porte. Bien peu de chose ! Bien sûr, il nous arrive d’être conscients de l’acte d’autrui à notre égard quand nous le remercions. Mais souvent, cela ne va pas de soi. Ni pour nous ni d’ailleurs pour celui qui nous offre quelque chose. Il n’y a qu’à noter son regard surpris : “Mais de rien ! “. Une belle façon d’annuler à la fois son acte et notre démarche ! Or la gratitude va bien au-delà des actes sociaux de la vie courante.

Creusons un peu…

Selon Spinoza, la gratitude se définit comme « le désir ou l’élan d’amour par lequel nous nous efforçons de faire du bien à celui qui nous en a fait par un sentiment d’amour ». On a envie de rendre en quelque sorte un peu de ce qu’on nous a donné. Mais pas comme une obligation ! Spinoza nous le dit bien, la gratitude est un mouvement de l’âme. Au-delà du bienfait, c’est la bienveillance que l’on nous a manifestée que nous prenons en compte. Le sentiment qui a animé la personne qui a embelli notre vie. L’ami qui te rejoint dans la demi-heure le jour où tu perds un proche, celui qui console ta peine quand tu as un chagrin d’amour, ceux qui de manière générale répondent “présent” quand tu souffres. Sur le sujet, lis la force de l’amitié ! Et puis il y a … Les petites attentions qui embellissent la vie ordinaire. Exprimer sa gratitude, c’est donc donner de la valeur à ce qui nous est offert. C’est exprimer notre capacité à reconnaître ce que nous avons reçu et de nous en réjouir. C’est admettre humblement que nous avons avons besoin d’être relié aux autres.

Les gratitudes

roses sauvages spontanéité de la gratitude

Vous êtes-vous demandé combien de fois dans votre vie vous avez réellement dit “merci? Un vrai merci. L’expression de votre… reconnaissance, de votre dette”. Tous les personnages du roman de Delphine de Vigan vont être tour à tour amenés à se poser cette question. Au début du récit, Michka, exquise vieille dame, quitte son domicile pour aller vivre en maison de retraite. Perte d’autonomie, perte de repères. Ses mots s’échappent, désorganisés, ils se bousculent dans le mauvais ordre. Autour d’elle Marie, une jeune femme très proche : Michka a supplanté sa mère déficiente lorsqu’elle était petite fille. Et Jérôme, l’orthophoniste qui “travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits”. Il connaît la douleur de ceux qui perdent l’usage de la parole et la dignité”. Marie sait ce qu’elle doit à Michka, figure maternelle de substitution. Elle lui montre sa gratitude avec simplicité, par sa présence douce et attentive. Malgré la difficulté croissante du dialogue, la complicité et la sollicitude réciproque sont palpables.

Mais voilà. Michka veut elle aussi exprimer sa gratitude. Envers les gens qui l’ont sauvée pendant la guerre, elle, la petite-fille juive aux abois. Or le temps presse… C’est Jérôme qui va l’aider dans cette quête. Lui aussi a de la gratitude à révéler. Et ce n’est pas si facile…

Pourquoi j’ai aimé ce livre

Pour son humanité

Marie, Jérôme, et même Michka pourraient être nous. Nous qui nous nous laissons absorber par le temps, la vie quotidienne, comme si nous avions l’éternité. “On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain il est trop tard“. Trop tard pour remercier, pour dire : “Nous sommes amis depuis 30 ans et cela contribue à rendre ma vie plus belle”. Ou bien : “Je viens de te rencontrer et notre amour m’émerveille”. Ou encore : “J’aurais souvent aimé que tu agisses différemment avec moi mais je choisis de garder juste les moments précieux que nous avons partagés”. Pas plus que le bonheur, la gratitude n’est un bloc. C’est juste l’assemblage de ces petits instants sur lesquels nous décidons de nous focaliser et qui nous permettent d’exprimer chacun à notre manière NOTRE gratitude.

Pour son intensité

Pas de grands épanchements ni d’envolées lyriques dans Les gratitudes. Une sensibilité retenue qui se fait jour dans un décor qui est tout sauf glamour : une maison de retraite. Toutes les questions que nous nous posons ou qui nous tarauderont un jour ou l’autre, comme Michka dont l’univers peu à peu se rétrécit… Sans pathos et avec une grande sensibilité. Lis ce court roman, il a des choses à te dire !

Panier de roses, brassées de gratitude

La gratitude ou les gratitudes?

Les deux ! Les gratitudes, ces moments de reconnaissance que nous avons besoin d’exprimer et de recevoir. Car il nous est doux aussi d’entendre un “merci” sincère et authentique. Et puis la Gratitude, qui nous rappelle le bonheur d’être en vie. Lister les 3 moments de la journée pour lesquels nous pouvons remercier, est une routine très banalisée mais… ELLE FONCTIONNE ! Il suffit d’essayer !

Et puis…Lis Les gratitudes et dis-moi ce que tu en penses dans les commentaires. Ton avis m’intéresse !

Tu as aimé cet article? Partage-le, cela m'aide beaucoup !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comments

Annick
6 octobre 2019 at 17 h 18 min

Ce livre a été un immense coup de coeur pour moi aussi. Je l’ai dévoré en deux jours. C’est un roman bouleversant sur la fin de vie, qui met en scène une attachante vieille dame qui perd l’usage des mots dans un moment où elle en a le plus besoin. Ce livre est émouvant et après l’avoir lu,
j’ai décidé que je remercierai, avec de vraies paroles, les yeux dans les yeux, mes vieilles amitiés, ma famille….



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *