focus sur mes priorités

5 façons de rester Focus sur mes Priorités

Aujourd’hui, troisième semaine de mon défi ! Le chapitre 3 de Vivre pour de vrai de Laurence Arpi nous invite à nous reconnecter à ce qui est essentiel pour nous. Pas toujours facile mais indispensable si on ne veut pas sombrer dans la frustration voire le mal être et la mésestime de soi. Et comme “seul le passage à l’action amène le changement”, je te propose aujourd’hui mes 5 façons de rester focus sur mes priorités.

1. Méditer pour se recentrer sur mes priorités

J’ai remarqué que j’avais souvent la tentation de foncer, sans prendre le temps de m’organiser. Redoutable erreur ! Je le sais maintenant, la première des choses à faire est de se poser ! Le matin, j’aime bien prendre un temps pour moi, même minime, pour faire silence et visualiser mes priorités. Définir mon intention de la journée, en lien avec ce qui nourrit mes rêves. As-tu lu à ce propos 100 rêves à imaginer et à réaliser? Le soir, cette pratique permet aussi de s’apaiser et de témoigner sa gratitude envers les petites satisfactions personnelles que la journée m’a apportées. Pour m’aider, les méditations d’une jeune femme inspirante dont je t’ai déjà parlé : Sarah Diviné. Je t’invite à découvrir son dernier accompagnement, le cercle connect. Tous les mois, un thème, des méditations, des jeux… J’adore !

2. Hiérarchiser mes priorités

Quand on travaille chez soi et qu’on a comme moi, plusieurs activités complémentaires, optimiser son organisation personnelle est une nécessité absolue ! La tentation de l’éparpillement, la procrastination, entraînent, je le sais bien une insatisfaction qui n’incite pas à la bienveillance envers soi !

Pour cela, je ne connais pas mieux que la matrice d’Eisenhower. Je répartis mes tâches en 4 groupes, selon qu’elles sont urgentes ou non, importantes ou non. Il suffit de se demander : “où sont mes urgences? Qu’est-ce qui est vraiment important? Si ce n’est ni urgent ni important, je peux sans doute l’éliminer purement et simplement. Car on s’oblige souvent à accomplir des choses sans aucun intérêt pour nous et qui nous prennent un temps fou ! Est-ce urgent et non-important? Je peux sans doute déléguer cette tâche. Un bon moyen d’être plus efficace et de garder mon énergie pour l’essentiel ! Si c’est important et pas urgent je dois la planifier de façon précise et la prévoir dans mon emploi du temps. Et si c’est important et urgent, je n’ai pas à tergiverser, il faut FAIRE !

photo d’Immo Wegmann par Unsplash

3. Éliminer les voleurs de temps

Je ne sais pas si tu es comme moi, mais je suis maîtresse dans l’art de me laisser happer par les imprévus et les sollicitations. Tu sais, procrastiner, perdre son temps pour des bêtises, s’ interrompre… Regarder ces emails, une video you tube, Facebook. Ou céder à un voleur de temps : cette amie ou ta mère qui t’appelle alors que tu es en train de rédiger un article…Pour éviter de me laisser happer et entraîner , j’ai deux solutions : je me programme un moment dédié pour surfer sur Internet. Si c’est une amie qui m’appelle, ou ma mère…, je diffère cette conversation à un moment où je serai vraiment disponible et à même d’apprécier cet échange. Bon ! Je n’y parviens pas à tous les coups, mais j’essaie !

4. Less is more

Faire moins pour être plus : tel est le conseil de Laurence Arpi. Et d’ailleurs, plus j’avance dans la vie, moins j’ai envie de courir. J’avais déjà écrit l’année dernière sur la nécessité de ralentir et c’est toujours ma conviction profonde ! La seule possibilité aussi pour ne pas avoir la désagréable impression que le temps nous échappe. et d être plus centré (la dispersion toujours mon problème !)

Laurence Arpi nous invite aussi à imaginer une not to do list : une liste de non-tâches pour épurer son planning. Car remplir son emploi du temps de tâches infaisables en 24 heures, voilà le danger des listes ! C’est ce que, jusqu’à présent, je n’ai cessé de faire, pas toi? Je décide donc d’être plus réaliste, ou du moins d’essayer !

5. Trouver une méthode de travail

Mon objectif et il est de taille ! Canaliser mon énergie sur un seul but à la fois, car telle est aussi la leçon de ce chapitre. Très difficile pour moi ! Pour cela, parmi les multiples outils et méthodes, je décide d’appliquer dès cette semaine la méthode Pomodoro. La connais-tu? Pour des esprits qui fonctionnent en arborescence, elle est terrible ! Très brièvement, voici la technique : Identifier la tâche à accomplir

  • Se créer une alerte 25 minutes après
  • Travailler jusqu’à ce que le réveil sonne
  • A la fin des 25 minutes, faire une pause de 5 minutes
  • Après un cycle de 4 pomodori , on peut s’octroyer une pause de 15 à 30 minutes !

Cette méthode, que son créateur a appelée ainsi car il se servait d’un minuteur en forme de tomate, très populaire en Italie, est d’autant plus efficace qu’on a utilisé auparavant la matrice d’Eisenhower !

Les bénéfices

  • La concentration : 25 minutes c’est bref et accessible !
  • La satisfaction personnelle d’avoir mené une tâche jusqu’au bout (en 1, 2, 3 ou 4 pomodori)
  • La diminution du stress et du sentiment d’urgence
  • Le dégagement de temps pour moi : pou mes passions, pour m’occuper de moi ou ne rien faire… Et donc me rapprocher de mes rêves !

Voilà donc mes 5 façons de rester focus sur mes priorités. Certaines sont modestes, d’autres plus ambitieuses. Le tout est de les APPLIQUER, ce que je m’engage à faire à partir de cette semaine.

Il y en a bien d’autres ! Quelles sont les tiennes? Partage-les dans les commentaires ! Nous pourrons ainsi nous constituer une liste de bonnes pratiques ! Je compte sur toi !

Et si tu aimes ce défi, partage-le sur tes réseaux !

À très vite !

Tu as aimé cet article? Partage-le, cela m'aide beaucoup !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *